Dans le cadre de sa thèse, Clémence Belleflamme se penche sur la retraduction d’œuvres du boom latino-américain, dans les cas spécifiques où première traduction et retraduction ont été publiées par la même maison d’édition. Le corpus ainsi constitué comprend trois œuvres et leurs traductions respectives, toutes parues chez Gallimard : El Llano en llamas et Pedro Páramo, de Juan Rulfo, et Conversación en La Catedral, de Vargas Llosa. Pour répondre à la question centrale « Pourquoi et comment ces œuvres ont-elles été retraduites ? », elle se penche sur les stratégies extratextuelles, paratextuelles et textuelles à l’œuvre dans chacun des ouvrages. Dans le premier de ces volets, elle s’intéresse à l’histoire éditoriale des textes et au rôle des différents agents qui interviennent dans leur circulation internationale et leur publication. Dans le deuxième, elle observe la manière dont les paratextes présentent chaque traduction et quels aspects de l’œuvre ils mettent en avant. Dans le dernier, elle compare les versions françaises entre elles et avec l’original pour déterminer les effets créés par les différents choix de traduction.

Le séminaire aura lieu le 05/03 à 10h00 au Local 003 (campus Hazard)